Rentrée scolaire et e‑commerce

La saison des parents hystériques et des caprices de jeunes enfants dans les rayons de votre supermarché est officiellement ouverte ! Rassurez-vous, ils sont de plus en plus nombreux à faire le choix du e-commerce, pour le plus grand bonheur de vos tympans… et de vos conversions !

Armez-vous de votre tout nouveau cahier à spirale, de votre stylo quatre-couleurs et soyez prêts à prendre des notes !


A. Quelles sont les tendances de consommation à la rentrée des classes ?

 
En 2018, un quart des Français ont prévu d’effectuer au moins une partie de leurs achats pour la rentrée des classes sur internet. D’ailleurs, on observe une augmentation de 18 % du montant du panier moyen pendant cette période. La rentrée scolaire ne concerne pas seulement le mois de septembre.
D’ailleurs, ce dernier ne compte que 20 % des achats de fournitures scolaires contre 43 % en juillet et 50 % en aout. À noter que les commerçants observent une hausse des ventes à partir du versement de l’allocation de rentrée scolaire qui a lieu à la mi-août.

1. Deux grands profils de consommateurs

 
#TBT nos cours de marketing de première année d’étude : l’acheteur d’un produit n’est pas obligatoirement l’utilisateur du produit.
C’est le cas pour les fournitures scolaires. Les parents qui sont les acheteurs, les décideurs et les payeurs ne sont pas les utilisateurs des articles achetés. L’utilisateur est l’élève.
Cas rare, dans ce cas-ci, le prescripteur est à la fois le parent et l’enfant. Le premier aura tendance à influencer les choix de l’enfant en fonction de ses valeurs, ses priorités et le budget alloué aux dépenses de septembre. L’enfant quant à lui, usera de stratégèmes et supplications pour arriver à ses fins et arborer un cartable Batman à la rentrée.

Et, on distingue deux types de consommateurs. Non on ne parle pas des bons et des mauvais parents ! Mais plutôt, des ‘early buyers’ et des ‘late buyers’. La première catégorie est composée de parents qui aiment passer les vacances sans le stress de courir dans les rayons à quelques jours de la rentrée. Ils effectuent donc la majorité des achats entre le 1er et le 15 juillet. Les parents de la deuxième catégories, plus nombreux, sont ceux qui profitent des barbecues en été et ne se soucient qu’après, de remplir les cartables de leur progéniture. Ils effectuent ces achats entre le 15 juillet et le 31 août.

2. Plusieurs secteurs impactés

 
Les fournitures de bureau sont, bien entendu, les produits les plus achetés . Viennent ensuite la mode, l’informatique et les équipements de sport. Les deux produits les plus achetés sont les cartables et les chaussures.
Autre domaine que l’on a tendance à oublier : la décoration et l’ameublement bon marché. La rentrée des classes est aussi celle des étudiants qui quittent pour la première fois le domicile familial et doivent équiper leur studio.
 

3. Le développement du multicanal

 
• Les canaux empruntés
Les grandes surfaces demeurent le lieu d’achat privilégié avec 90 % d’intention de visite. Mais les achats en ligne sont de plus en plus nombreux : 26 % des des consommateurs prévoient d’effectuer au moins un achat de rentrée sur internet.
 

 
• Les devices les plus utilisés
Le m-commerce prend de l’importance dans la consommation des biens de rentrée scolaire. Si l’ordinateur reste le device principal, utilisé à presque 90 %, les statistiques montrent que les utilisateurs ont pris leurs habitudes sur leurs smartphones. Pour être exacte, quasiment 25 % d’utilisation pour le mobile et 23 % pour les tablettes.
Et, pour 38 % des e-consommateurs, l’achat se fera en plusieurs temps et sur plusieurs devices. On peut imaginer par exemple qu’un père et son fils préparent un panier en ligne sur ordinateur, et attendent la validation de la mère pour finaliser leur commande via un smartphone.


B. Les bonnes pratiques repérées sur le web

 
• Comprendre son consommateur aussi bien que LDLC
Médaille d’or de la meilleure opération de la rentrée scolaire : LDLC propose aux familles d’effectuer pour elles le long et laborieux travail de recherche des fournitures. En quelques clics, les internautes ajoutent le scan de la liste et n’ont plus qu’à attendre leur livraison chez eux.


 

• Facilitez la rechercher comme Top Office
Outre son design agréable, Top Office gagne un bon point car il permet aux visiteurs de son site de se repérer facilement. En effet, les articles sont catégorisés en fonction de la classe de l’élève. La marque a même pensé aux enseignants et aux gauchers ! Un bel exemple de segmentation.

 
• Jouez la ‘créa’ comme Materiel.net
On l’a dit un peu plus haut, l’informatique est un des secteurs qui profite le plus de la rentrée des classes. La solution de Materiel.net pour se différencier ? Jouer sur un concept qui parle aux étudiants et qui les plonge dans un univers divertissant.

 
• Mettez vos promos en avant comme But
Quoi de plus habile que de mettre en avant des prix cassés pour des étudiants à la recherche de mobilier pour leur premier logement seul ? But l’a bien compris et joue la carte des promotions évidentes pour attirer l’attention et booster ses conversions !
Attention, les promotions ne sont pas toujours une bonne idée ! D’ailleurs on vous en parlait dans cet article !


Pour rester au courant des nouveautés du e-commerce, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter !


Amélie

Amélie

Amélie est en charge de la création de contenu chez SaleCycle France. Vous pouvez la croiser à flâner dans les rues de Paris à la recherche de lieux insolites... ou dans les allées du salon de l'automobile !

Pour continuer la lecture...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *